Nous


Tang'O'Kiosk est une école de danse dédiée à l'enseignement du tango argentin, crée à Arras par Samuel Deberles. Il développe depuis 10 ans une méthode d’enseignement rationnelle, efficace et reconnue pour vous permettre de progresser plus rapidement dans les meilleures conditions et de prendre plaisir dans les phases d’apprentissage d’une danse connue pour son exigence technique.

Quelques mots sur mon parcours

Samuel Deberles - professeur de tango argentin - Concert Arras 2015

Lorsque revient l’inaltérable question, « mais au fait tu fais quoi dans la vie ? », j’ai l’habitude de répondre « Violoniste, danseur et ingénieur-conseil ! ». Devant ce cocktail particulier, j’ai toujours plaisir à observer le visage de mon interlocuteur. Mais voilà, je n’ai jamais pu me séparer de ces trois activités qui me constituent et se nourrissent les unes les autres.

Du conservatoire, j’ai gardé la discipline et la volonté de toujours mettre un propos dans l’interprétation. De ma formation et ma carrière d’ingénieur, j’ai le goût de l'étude des  problèmes complexes et de la généralisation des solutions.

Ma danse et mon enseignement se nourrissent de cet état de recherche permanent, du plaisir fondamental que nous donne la sensation d’habiter notre corps pleinement, de la liberté de pouvoir partager un moment unique avec chaque danseur.

Pourquoi avoir créé Tang’O’Kiosk ?

Comme chacun j’ai commencé la danse avec un professeur, puis deux, puis trois… Mais après quelque temps et malgré des efforts sans relâche il a bien fallu se rendre à l’évidence : il y avait peu de cohérence dans l’enseignement de cette danse et l’énergie et le temps que je dépensais dans cette activité "ne payaient pas" .

De nombreux enseignants se contredisaient ou répétaient inlassablement des concepts qui ne se vérifiaient que très peu sur les parquets. Qui plus est, je vivais à cette époque un peu à côté de mon corps, j’aime souvent rappeler que j’en avais la propriété, mais par réellement l’usufruit !

J’ai alors décidé de rechercher par moi-même avec mes armes de scientifique et de musicien, non seulement ce qui fonctionnait pour moi-même, mais toutes les approches du mouvement qui pouvaient être transmises à tous, indépendamment des cursus et des capacités physiques de chacun.

Des milliers d’heures de remise en question, des dizaines de prototypages pédagogiques et quelques rencontres heureuses avec des maestros de tango plus tard, Tang’O’Kiosk est né ! Tang'O'Kiosk est né de la volonté de partager toutes ses découvertes sur l'enseignement du tango argentin pour qu’enfin les efforts de chacun soient récompensés.

Malheureusement, nombreux sont les danseurs de tango qui abandonnent leur progression devant le peu de solutions qui leur sont proposées. J'ai créé Tang’O’Kiosk pour cela : livrer en toute transparence le résultat de ces années de recherche et de perfectionnement pour vous permettre de progresser à hauteur de vos efforts avec une approche rationnelle et personnalisée.

Samuel Deberles - professeur de tango argentin à Arras

Notre approche pédagogique en 10 points

Des mouvements utiles !

Apprendre à varier l’amplitude des mouvements, les rythmiques associées, à changer des directions à chaque instant pour protéger sa partenaire sont des compétences minimales pour accéder en toute quiétude à un bal tango.
On ne compte plus les cours de tango où le répertoire scénique représente l’alpha et l’oméga du dictionnaire des pas qu’il faudrait ingérer. À l'extrême opposé, on trouve des cours la Salida est répétée jusqu'à l’écœurement.
Seulement, quand le danseur novice (ou confirmé !) se retrouve dans la réalité concrète d’une piste de danse, les choses se gâtent, rapidement. L’espace y est réduit, le sens de la marche contraint, les mouvements incontrôlés des jambes qui volent dangereux. Un cours qui ne vous permet pas de danser en bal est simplement… inutile.
Le bal est une interprétation collective de la musique, il n’est pas le lieu de l’expression des égos, nous laisserons ça "aux démonstrateurs".
Nos cours se concentrent sur des mouvements utilisables en bals, dont la maîtrise vous permettra par la suite, si vous le souhaitez, d’explorer les dimensions plus athlétiques dans des stages dédiés.

Partager entre tous

Nous avons choisi d’encourager très tôt dans l’apprentissage le changement de partenaire pour expérimenter les sensations avec un maximum de danseur, tout en gardant en référence celles que l’on construit au sein de son couple de danse.
Savoir guider ou suivre, ce n’est pas seulement construire une technique qui ne fonctionne qu’avec tel ou tel partenaire. Maitriser une danse sociale, c’est être capable guider ou suivre tous les danseurs, quelques soient leurs styles : l’espace de bal est un espace social, ou l’on invite et se laisse inviter.
Bien qu’avoir un partenaire régulier pour progresser est important, il ne faut pas négliger cet aspect. Les pratiques que nous organisons en complément des cours ont une vocation de partage afin que chacun individuellement, mais aussi les groupes dans leur ensemble puissent progresser plus rapidement. De la même façon, nous encourageons au sein des cours le changement de partenaire régulièrement pour améliorer le répertoire des sensations que construit chaque danseur.

Des équipements facteurs de progrès

Espace, parquet, barres et miroirs, accessoires, nous souhaitons mettre à votre disposition les équipements les plus complets pour progresser le plus rapidement.
Cela paraît futile lorsque l’on commence son apprentissage, et pourtant, l’expérience montre que bien au-delà du confort, bénéficier d’une vraie salle de danse et des outils qui la composent accélère l’apprentissage de la danse.

Un travail thématique par cycle

Notre programme pédagogique se base sur des cycles thématiques de plusieurs semaines.
De l’appréhension à la maîtrise d’une technique, un travail d’intégration sur plusieurs semaines est nécessaire de mettre en place une mémorisation plus facile des fondamentaux, une plus grande aisance dans le mouvement et l'approfondissement de chacun des aspects d’un mouvement et de ses variations.
Le travail par thème présente  un autre avantage : un couple ne pouvant se déplacer sur un mode hebdomadaire ne risque pas de perdre le fil de la progression de son groupe.

Rythme et interprétation

La musique est notre alliée. Apprendre à danser c’est aussi apprendre à écouter, à discerner les parties musicales pour qu’elles puissent nous soutenir. Dès lors, nous pouvons interpréter, choisir nos pas, notre identité dansée.
Contrairement à une idée trop répandue, l’arythmie n’existe que très rarement. Savoir rythmer une danse, un geste est fondamental pour la progression et l’interprétation. Nous proposons régulièrement des exercices simples et progressifs pour acquérir un sens du rythme sans passer par la case solfège.
Interpréter une musique n’est pas un don, mais bien un apprentissage. Chaque cours est l’occasion d’explorer une nouvelle partie du répertoire avec ses particularités, ses possibilités chorégraphiques. Comme toute activité artistique, le chemin vers la musicalité d’une danse se construit semaine après semaine.

Vous rendre autonome

Apprendre c’est bien, apprendre à apprendre c’est mieux !
Que préférez-vous ? Apprendre une sacada, puis une autre sacada, puis une troisième ? Et pour les boléos, idem ?
Notre approche rationnelle  généralise l’approche technique pour vous donner la possibilité de retrouver toutes combinaisons possibles qui pourraient survenir dans l’improvisation. Chaque semaine nous vous proposons des exercices ou des clés d’apprentissage pour non seulement reproduire, mais surtout pour inventer vos propres combinaisons.

Travailler seul aussi, c’est important

Nous mettons régulièrement en place des ateliers techniques qui visent à faire progresser chacun sur des mouvements basiques qui composeront les futures séquences étudiées.
Quoi de plus frustrant que de ne pouvoir exécuter une séquence chorégraphique par ce qu’un seul mouvement « ne passe pas » ? Quoi de plus ennuyeux que d’attendre que son partenaire « comprenne » un pas avant de pouvoir être guidée ? Pour éviter ces écueils et permettre une progression technique en parallèle de l’improvisation, les ateliers techniques sont là. C’est aussi l’occasion pour les femmes d’explorer quelques ornements, rarement approfondis dans les cours en couple.

Protéger le corps

Pas de cours sans échauffement ou étirement, pas de mouvements dangereux !
Notre corps est le véhicule de nos émotions dans la danse et le support de toute communication et c’est pour cela que nous dansons ! Seulement vous ne voudriez pas finir une carrière de tanguero prématurément à cause de vertèbres lombaires tassées ou des cervicales décalées ? 
Chaque cours est l’occasion de comprendre un peu plus sur notre mécanique corporelle. Vous le sentirez dans votre corps quotidien, quelle que soit votre condition physique de départ !

Intégrer des débutants toute l'année

Des initiations et remises à niveau toute l’année
Pourquoi attendre le début de l’année scolaire pour pratiquer une activité ? Nous proposons tout au long de l’année des initiations et des remises à niveau pour intégrer les cours collectifs sans peine.

Dansons avec notre cerveau !

Notre cerveau déteste la frustration… et nous ne dansons pas avec nos jambes, mais bien avec notre cerveau ! Comme vous pouvez le lire sur notre blog, nous sommes particulièrement attentifs aux apports des sciences cognitives dans l’enseignement de la danse…

Les valeurs que nous défendons

Être des passeurs de tango, c’est aller au-delà de la danse

Transmettre dans des cours, des ateliers et des bals, c’est non seulement enseigner une technique, mais bien la capacité à aller vers sois autant qu’à aller vers l’autre, pour écrire une histoire commune, celle d’un couple éphémère le temps d’une danse et d’une société en réduction  avec ses codes et ses contraintes, qu’est la milonga, l’espace du bal.

La modernité du tango :  c’est avant tout une arme de communication massive !

Il nous aide à mieux nous comprendre et à mieux comprendre l’Autre. Quoi de plus actuel que la volonté d’être soi-même, prenant le rôle d’un guide pour quelques instants ou celui d’être à l’écoute totale de son partenaire, dans un élan de confiance absolue ? L’espace sacré du bal, où seul le mouvement subsiste, efface toutes les différences de notre société, marquées sur nos corps quotidiens. Dans cet espace égalitaire et sans esprit de compétition, il reste simplement notre capacité à rentrer en dialogue avec nos partenaires, à exprimer, ressentir et clarifier nos propres désirs ou blocages.

Le plaisir des pas, de l’enlacement, de la musique… ou simplement d’être soi

Le tango est une danse improvisée ou chaque pas est l’occasion de proposer un chemin, un geste à son partenaire. L’apprentissage ne peut s’envisager qu’ avec un plaisir partagé, le plaisir de se mouvoir, librement dans l’improvisation, d’être confortablement pris dans les bras de l’autre, de proposer un chemin différent pour chaque être et à chaque moment. Le tango c’est le plaisir de pouvoir se renouveler à chaque instant dans l’inconnu du pas qui vient.

Il n’y a de limite à votre tango que celle que vous vous fixez !

Le tango argentin est certainement l’une des danses les moins comprises, étiqueté de toutes parts entre les injonctions sexuelles, les standardisations illégitimes et les souvenirs d’un tango musette passé de mode. On oublie souvent à quel point le tango argentin est à la fois une danse très accessible puisqu’elle est fondée sur la marche dont les limites peuvent toujours être repoussées par l’inventivité des danseurs venus de tous horizons.